La domotique au service du smart building

Lorsque la domotique se met au service des nouvelles générations de bâtiments communicants que sont les fameux smart buildings, il naît de cette union des possibilités accrues en matière de confort et d’économies d’énergie. Explications.

 

Technologie de pointe et smart building

 

Les bâtiments du secteur tertiaire ou les bâtiments résidentiels se mettent à l’heure de la technologie et révolutionnent le monde de l’immobilier.

 

Un ensemble d’outils connectés comme les capteurs permettent de mesurer puis de réduire les consommations par un système de pilotage. A l’heure où l’on encourage les économies d’énergie, cette technologie est parfaite pour obtenir rapidement des résultats et surtout adapter les réglages selon les personnes occupant l’espace.

 

Comme l’explique le président de l’Alliance EnOcean en France, Monsieur Emmanuel François, en parlant du smart building : « L’arrivée du bâtiment intelligent est une révolution comparable à la révolution informatique des années 80. »

 

La domotique au service du smart building

 

On connaissait déjà la domotique qui consiste à joindre les facilités offertes par l’informatique afin de produire des tâches répétitives dans l’habitat. La domotique connaît un engouement aujourd’hui alors qu’elle a eu un démarrage plutôt lent. Le développement des technologies informatiques et de la communication, allié à un effort soutenu pour le respect de l’environnement, ont hissé la domotique sur le devant de la scène.

 

La domotique permet d’automatiser des tâches ou de réguler l’énergie.

 

Pour pouvoir soi-même en profiter il faut bien sur avant toute chose avoir souscrit un contrat d’énergie chez Edf ou chez un autre fournisseur. On peut ensuite s’équiper avec le matériel adéquat et arriver au coeur du sujet. Par exemple, on pourra :
 

– Commander l’ouverture et la fermeture des volets, même lorsque l’on est absent ;

– Gérer les systèmes d’éclairage, de ventilation, de chauffage et de climatisation ;

– Réguler la température des pièces ce qui permet d’avoir plus de confort tout en économisant sur l’énergie dépensée ;

– Assurer la sécurité des lieux – à l’extérieur comme à l’intérieur – avec des commandes de caméra, d’alarmes anti-intrusion, etc.

 

On imagine comment une telle technologie peut ouvrir des possibilités croissantes pour les nouveaux smart buildings. Par exemple, inutile de dire qu’elle produit une réelle valeur ajoutée pour une maison de retraite en régulant les températures dans chaque pièce en fonction des besoins de chaque résident ou de son état de santé ou en régulant l’éclairage selon la progression des activités de chacun, etc.

De même qu’un bâtiment communiquant constitué essentiellement de bureaux, pourra réguler grâce à sa technologie de nombreuses données énergétiques et produire une économie conséquente, tout en satisfaisant au confort des utilisateurs.

No Comments

Laisser un commentaire