Révolution dans le secteur de la construction

Longtemps resté en marge de l’évolution, le secteur de la construction est en pleine mutation pour répondre aux exigences de la vie moderne. En effet, face au bouleversement des paradigmes environnementaux et sociaux induits par des facteurs comme le télétravail ou le maintien à domicile de personnes vulnérables et dépendantes, et la consommation accrue des ressources énergétiques, le concept de maison connaît une véritable révolution se traduisant par l’intégration des technologies numériques dans les projets de construction ou de rénovation.

 

Pour répondre aux nouveaux besoins de la société, le secteur de la construction a amorcé sa propre révolution en intégrant dans les bâtiments des systèmes intelligents. Comme résultat de ces innovations, la domotique, c’est-à-dire l’intégration de l’internet des objets, est aujourd’hui une part intégrante des projets de construction, d’aménagement et de rénovation des maisons.

 

La révolution du smart building est donc déjà en marche mais elle n’est qu’à ses débuts tant les enjeux et les défis à relever restent nombreux. Selon le centre américain de recherches Allied Business Intelligence (ABI Reseach) d’ici à 2020, plus de 8 millions de systèmes de gestion technique des bâtiments dans le monde auront intégré les technologies, logiciels et services connectées dans leurs projets. A cette échéance, la réglementation européenne aura, de son côté, exigé que toutes les bâtiments soient des entités à énergie positive.

 

En attendant, nombre de projets de smart building portent sur la transformation des bâtiments existant pour qu’ils intègrent les nouvelles technologies quand bien même les transformations nécessaires à cet effet restent limitées par les contraintes architecturales de ces anciennes bâtisses. Quant aux projets en gestation ou à venir, ils devront tenir compte de l’exigence d’intégration des technologies actuelles et à venir afin de permettre une gestion en ligne et une optimisation des performances de la maison.

 

Cependant, l’enjeu majeur du smart building dans un futur proche, c’est d’aller au-delà des maisons individuelles domotisées pour ériger des smart cities, ces quartiers et villes faits de maisons intelligentes qui communiquent entre elles. La chute sans cesse croissante des prix des processeurs intégrés de capteurs et la diminution croissante des coûts d’exploitation donneront sans doute un coup d’accélérateur à cette révolution qui, du reste, a déjà débuté. A terme, les smart cities seront des espaces mettant en œuvre une approche systémique qui concilie vie sociale, culturelle et gestion des ressources naturelles pour mieux répondre aux besoins des individus et des organisations. Le secteur de la construction devra donc s’y adapter et mettre à la disposition des citoyens et des entreprises des bâtiments qui échangent des données.

 

Amélioration du confort et de l’efficacité énergétique, télésurveillance et télégestion des installations du bâtiment, construction de villes communicantes … ce sont là quelques uns des impacts du smart building qui n’a pas encore fini de révéler tous les changements qu’il réserve au secteur de l’immobilier.

No Comments

Laisser un commentaire