The Edge à Amsterdam

Le cabinet Deloitte a récemment bénéficié d’un nouvel immeuble de bureaux aux alentours d’Amsterdam, qui comprend la notion d’éclairage connecté pour la première fois. Ce bâtiment appelé The Edge utilise la lumière pour bien gérer la vie de ses occupants.

D’où provient-il ?

Il s’agit d’un smart building qui tire son origine du partenariat entre Deloitte (locataire principal), OVG Real Estate et l’industriel Philips. C’est une réelle vitrine qui met en valeur la technologie de l’éclairage connecté confectionné par Philips. Grâce à son enveloppe de verre, ce bâtiment dessiné par Lee Polisano et Ron Baker de PLP Architecture (agence londonienne) prend des allures futuristes.

La démarche durable

Dirigé de façon à suivre le soleil durant sa course, on remarque sur toute la façade sud (700 m²) de ce smart building, de nombreux panneaux solaires photovoltaïques qui ont été posés comme des sheds. Ces panneaux recouvrent également l’intégralité de la toiture (1 100 m²). Soit 1 800 m² dédiés à l’électricité solaire qui alimente la climatisation, l’eau chaude sanitaire, le chauffage, et bien plus encore. Cette démarche durable du The Edge est parachevée d’un système de recouvrement des eaux pluviales, qui permettent d’alimenter les jardins voisins et les terrasses végétalisées, ainsi que d’un système de géothermie adjoint à une pompe à chaleur qui va puiser l’eau jusqu’à 130 m de profondeur.

Qu’en est-il de la transmission des données ?

L’éclairage connecté est sans aucun doute ce qui attire le plus notre attention dans cette réalisation. Son secret réside dans les 6 000 luminaires LED du smart building qui sont alimentés et connectés au réseau informatique grâce à la technologie PoE (Power-over-Ethernet). Ces derniers font office de circuit d’information, permettant entre autres l’accès aux différents services du bâtiment, etc.

L’optimisation d’espace

C’est un atout pour la gestion du bâtiment, car les luminaires dont The Edge est doté sont connectés au réseau IT et communiquent avec les autres systèmes du bâtiment (ventilation, chauffage, etc.). En questionnant un seul système, le gestionnaire du bâtiment peut obtenir des informations sur l’historique de la consommation, sur l’usage des locaux en temps réel, etc.

La géolocalisation

Ce bâtiment est aussi considéré comme étant un « ordinateur sous un toit ». À terme, il est tout à fait possible d’envisager plusieurs services, notamment d’orientation. L’application pourra aussi délivrer des informations utiles comme par exemple, indiquer où se situe la salle de réunion libre la plus proche et bien plus encore.

La réduction de la facture électrique

En ce qui concerne l’économie d’énergie, il est important de rappeler que The Edge est labellisé Breeam, ce qui assure la réalisation d’importantes économies d’énergie. Le système offre en effet jusqu’à 80 % d’économies d’énergie, soit une diminution d’environ 30 % sur la consommation globale du bâtiment. On note également une économie d’environ 25 % en matière de câblages électriques.

L’optimisation du nettoyage

Pour ce qui est de l’entretien et du nettoyage, ce smart building offre des coûts réduits d’environ 10 % sur la base des données d’occupation. Cependant, jusqu’à présent, les contrats d’entretien n’ont pas encore subi une renégociation, et les pièces vides sont toujours nettoyées.

Qu’en est-il des capteurs ?

Il est important de noter qu’ici, il est tout à fait possible de réaliser une économie en matière d’optimisation de l’espace. En effet, les gestionnaires d’installations pourraient bénéficier d’une économie d’au moins 20 % de l’espace occupé grâce aux données en temps réel.

Le pilotage via smartphone

Les utilisateurs auront en effet la possibilité de piloter les différents systèmes du bâtiment depuis leur smartphone. En outre, la lumière connectée fera aussi son apparition sur les bâtiments français, notamment sur un plateau du bâtiment PB5 de la Défense. Il coexistera par ailleurs avec la GTB qui existe déjà.

The Edge se définit donc comme étant un très bon smart building, notamment grâce aux économies d’énergie qu’il permet de réaliser, à sa démarche durable, à la transmission des données, et bien plus encore. De nombreux bâtiments comme lui pourraient voir le jour dans les prochaines années dans de nombreux pays en Europe.

No Comments

Laisser un commentaire